Thèmes
/blog/70/66/Dans-son-commerce-ext%C3%A9rieur-la-Suisse-continue-de-poursuivre-une-strat%C3%A9gie-de-libre-%C3%A9change-guid%C3%A9e-par-ses-int%C3%A9r%C3%AAts-particuliers-tout-en-sobstinant-%C3%A0-maintenir-des-restrictions-%C3%A0-travers-son-r%C3%A9gime-dimportation-et-de-douane./

« Dans son commerce extérieur, la Suisse continue de poursuivre une stratégie de libre-échange guidée par ses intérêts particuliers, tout en s’obstinant à maintenir des restrictions à travers son régime d’importation et de douane. »

L'affirmation : 
« Dans son commerce extérieur, la Suisse continue de poursuivre une stratégie de libre-échange guidée par ses intérêts particuliers, tout en s’obstinant à maintenir des restrictions à travers son régime d’importation et de douane, lorsqu’elle l’estime nécessaire, notamment pour les produits agricoles. »

Source : 
Brochure d'Helvetas (https://www.helvetas.org/Publications-PDFs/Switzerland/Positionspapiere-Prise-de-position/Agenda-2030/Prise_de_position_agenda2030.pdf)

La vérification des faits :
En ce qui concerne les produits agricoles, la déclaration est correcte. Avec la Norvège, la Suisse est le pays le plus protectionniste dans le secteur agricole. Les mesures non tarifaires (par exemple les licences d'importation, les entraves au commerce de certains produits motivées politiquement, etc.) empêchent les pays les plus pauvres d'accéder au marché, bien qu'ils puissent désormais exporter certains produits agricoles vers la Suisse sans être soumis à des droits de douane (Aerni, P. ‘Regulatory Barriers to Trade: Private Standards’. Chapter III.27. In: Thomas Cottier and Krista Nadakavukaren Schefer (Eds), Elgar Encyclopedia of International Economic Law. Edward Elgar Publishing, pp 413-415 (2017)). En outre, la Suisse n'hésite pas à appliquer des barrières tarifaires aux échanges, au détriment des pays pauvres qui dépendent davantage de l'exportation de produits agricoles, mais qui ne peuvent pas faire jeu égal avec les prix indirectement subventionnés (Aerni, P., Karapinar, B. & Häberli, C. 2011. ‘Rethinking Sustainable Agriculture’. In: T. Cottier and P. Delimatsis (Eds), The Prospects of International Trade Regulation: From Fragmentation to Coherence, Cambridge University Press, Cambridge, UK: 169-210). Toutefois, l'initiative « multinationales responsables » ne changerait rien à cela. Au contraire : en plus de restreindre l'accès au marché, elle rendrait plus difficile le transfert de technologie vers les pays pauvres à haut risque. Cela augmenterait encore le risque de réputation et donc les coûts de la coopération avec le secteur privé local (Aerni, P. 2019.‘Langfristige Direktinvestitionen als Chance für lokales Unternehmertum und Beitrag zu inklusivem Wachstum‘. In: Almanach Entwicklungspolitik 2020: Afrika zwischen Aufbruch und Armut. Caritas-Verlag, Luzern, pp 171-180).

Balken KOVI Faktencheck Faux Vrai
 

  • Auf Twitter teilen
  • Auf Linkedin teilen
  • Auf Facebook teilen
  • Auf WhatsApp teilen