Thèmes
/blog/6/56/Quelles-cons%C3%A9quences-pour-les-entreprises-si-la-Suisse-fait-cavalier-seul/

Pourquoi l’initiative « entreprises responsables » ne se laisse pas réduire à des déclarations sommaires

L’initiative sur les multinationales ne s’attaque qu’aux entreprises suisses qui ne se comportent pas de manière éthique. Mais la situation est beaucoup plus complexe, comme le montre cette vérification des faits. C'est aussi parce qu'aucun autre pays au monde ne mise sur une solution aussi rigide.


L’affirmation :
«L'initiative reprend le consensus international sur les entreprises et les droits de l'homme et concrétise le droit civil suisse existant.»

Source:
initiative-multinationales.ch, site web officiel de l’association initiative «multinationales responsables»  

La vérification des faits :
Pour les partisans, il est clair que l'initiative s'appuie sur le droit civil suisse existant. Selon cette loi, le plaignant doit toujours prouver qu'il a subi un dommage, dans le cas de l’initiative, cela signifie la personne lésée par une société. Dans beaucoup d'autres pays, c'est un fait de longue date ; en fin de compte, l'initiative ne fait qu'exiger ce qui est déjà possible dans d'autres pays.

En fait, un plaignant doit d'abord prouver qu'un dommage a été causé et que ce dommage a été causé en violation des droits de l'homme ou des réglementations environnementales. En outre, le plaignant doit prouver qu'il existe un lien de causalité avec le comportement de l’entreprise et que l’entreprise a le contrôle de la société impliquée en Suisse.

À cet égard, l'affirmation selon laquelle l'initiative applique et concrétise le droit suisse existant est correcte. Cependant, le principal point de critique des opposants à l’initiative « entreprises responsables » n'est pas la charge de la preuve des plaignants, mais celle des entreprises. Car les entreprises suisses ne peuvent être exonérées de leur responsabilité que si elles peuvent prouver qu'elles ont effectué des contrôles complets dans leur chaîne de valeur. Et alors que de nombreux pays discutent ou ont mis en place des contrôles de diligence appropriés, un règlement tel que celui auquel aspire l'initiative serait unique au niveau international. Ou comme l'a dit Beat Rieder (PDC), membre du Conseil des Etats, lors de son vote à la session de printemps 2019 au Parlement :«Aucun pays au monde ne s'appuie sur une mise en œuvre par l’introduction de la responsabilité pour le comportement d'un tiers avec renversement de la charge de la preuve.»

Balken KOVI Faktencheck Faux Vrai

 

L’affirmation :
«Les entreprises honnêtes, qui se comportent correctement, n'ont rien à craindre de l’initiative.»

Source :
Mattea Meyer, CN PS, dans le Club sur SRF 1

La vérification des faits :
Les partisans de l'initiative pour la responsabilité des entreprises ont de nobles intentions. Les groupes basés en Suisse doivent veiller à ce que leurs activités commerciales dans le monde entier respectent les droits de l'homme et se conforment aux normes environnementales.

La conseillère nationale du PS Mattea Meyer, dans l’émission le Club sur SRF, a formulé la conclusion inverse : les entreprises honnêtes n'ont rien à craindre. Mais les limites de cette honnêteté ne sont pas clairement définies. Après tout, les entreprises suisses sont également responsables du comportement d’entreprises tierces indépendantes, par exemple des entreprises dépendantes dans leur chaîne d'approvisionnement.

«Le point essentiel de l'initiative est l'inversion de la charge de la preuve», écrit la Chambre de commerce et d'industrie de Suisse centrale sur son site internet à propos de l’initiative, car la charge de la preuve n'incombe pas au plaignant comme d'habitude, mais à l'entreprise. Les entreprises suisses ne peuvent être exonérées de leur responsabilité que si elles peuvent fournir la preuve complète qu'elles ont effectué une surveillance et des contrôles approfondis dans leur chaîne de valeur. Dans le cas contraire, elles sont automatiquement responsables en Suisse des incidents survenus à l'étranger. Et cela vaut également pour les entreprises dites «honnêtes», c'est-à-dire celles qui ne sont pas directement en faute.

Balken KOVI Faktencheck Faux Vrai

 

L’affirmation :
«En Angleterre, les entreprises sont contraintes par le «Modern Slavery Act» d’agir contre le travail forcé dans leurs activités.»

Source :
Public Eye / Questions et réponses sur l’initiative

La vérification des faits :
Les initiants font valoir que l'initiative ne rend possible en Suisse que ce qui a été mis en œuvre depuis longtemps dans d'autres pays - par exemple en Angleterre avec la loi britannique sur l'esclavage moderne (Modern Slavery Act). Fin octobre 2015, de nouvelles exigences sont entrées en vigueur au Royaume-Uni, selon lesquelles les entreprises doivent divulguer la manière dont elles procèdent en matière de traite des êtres humains et de travail forcé dans leur chaîne d'approvisionnement. En vertu de la nouvelle loi, toutes les entreprises dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur à 36 millions de livres sterling et qui exercent au moins une partie de leurs activités au Royaume-Uni doivent faire une déclaration « Esclavage et traite des êtres humains » (« Slavery and Human Trafficking»).

Ergon Associates, un cabinet de conseil basé à Londres et spécialisé dans l’économie et les droits de l'homme, a enquêté sur la mesure dans laquelle les entreprises britanniques ont mis ces attentes en pratique dans les premiers mois suivant l'introduction de la loi. Le résultat a été un tableau quelque peu ambivalent. La grande majorité des entreprises ont fourni des informations de base, mais peu sont allées dans le détail.

Selon Ergon Associates, cela était le plus évident dans le cas des risques spécifiques à la traite des êtres humains, de l'esclavage et du travail forcé. La majorité des entreprises ont certes décrit en détail les lignes directrices internes, les structures d'entreprise et les systèmes d'audit social. Cependant, près de 80 % des déclarations ne contenaient que peu ou pas d'informations sur la manière dont les entreprises identifient et évaluent les risques liés au travail forcé et à la traite des êtres humains. Si la loi britannique sur l'esclavage moderne (Modern Slavery Act) exige des entreprises qu'elles prennent des mesures contre le travail forcé dans leurs usines, les difficultés sont évidentes dans la mise en œuvre au quotidien et l'évaluation des fluctuations de l'esclavage et du travail forcé.

Balken KOVI Faktencheck Faux Vrai

 

L’affirmation :
«Les PME ne sont pas concernées si l’initiative est mise en oeuvre»

Source :
Magazine de Public Eye (09/19)

La vérification des faits :
«Les grands groupes jouent les alarmistes pour faire oublier que de nouvelles règles claires s’appliqueraient à leurs activités et qu’ils seront tenus de rendre des comptes ». 

C'est ce qu'écrit Public Eye (anciennement Déclaration de Berne) dans le numéro spécial sur l’initiative « entreprises responsables » de septembre 2019 : les PME ne sont  "pas concernées" et la responsabilité ne s'applique pas aux simples fournisseurs.

En effet, le texte de l'initiative stipule que lors de l'élaboration de la loi d'application, le législateur doit tenir compte tout particulièrement des besoins des petites et moyennes entreprises à faible risque.
Cependant, les entreprises qui présentent des risques en matière de droits de l'homme sont très touchées par l'initiative. En effet, la taille d'une entreprise ne permet pas de tirer des conclusions sur les risques pour les droits de l'homme et l’environnement. Les initiants promettent une procédure simplifiée pour la grande majorité des PME à faible risque, en particulier pour les PME opérant uniquement en Suisse sans chaîne d'approvisionnement internationale. On ne peut pas parler de soulagement général. Les PME qui opèrent sous quelque forme que ce soit avec des biens ou des fournisseurs potentiellement problématiques sont directement touchées par l’initiative et devraient mettre en place des instances de contrôle coûteuses si l'initiative devait être acceptée. En outre, il n'est question que d'une éventuelle exemption de diligence raisonnable - les PME ne peuvent pas s'exonérer de leur responsabilité. Et il n'y a pas non plus de procédure simplifiée.

Balken KOVI Faktencheck Faux Vrai

 

  • Auf Twitter teilen
  • Auf Linkedin teilen
  • Auf Facebook teilen
  • Auf WhatsApp teilen

Quelles conséquences pour les entreprises si la Suisse fait cavalier seul ?

L’initiative sur les multinationales ne s’attaque qu’aux entreprises suisses qui ne se comportent pas de manière éthique. Mais la situation est beaucoup plus complexe, comme le montre cette vérification des faits. C'est aussi parce qu'aucun autre pays au monde ne mise sur une solution aussi rigide.

L'initiative ne concernerait-elle que les grandes entreprises suisses ?

La question de savoir si l’initiative toucherait les petites entreprises et si oui, comment, fait l’objet d’un débat animé entre les initiants et les opposants. Mais même si de nombreuses PME ne seraient pas concernées par la mise en œuvre de l’initiative sur les multinationales, il n'y a pas de décharge générale.

La Suisse est-elle vraiment en retard par rapport aux autres pays ?

D'autres pays ont depuis longtemps adopté des réglementations similaires, comme l'exige l'initiative « multinationales responsables ». Mais la comparaison avec la France et la Hollande est-elle pertinente ? La vérification des faits éclaire cette question complexe.